Dario Fo : Nos intellectuels ineptes, tristes et asservis à la pensée unique

Comme quoi, ce n’est pas qu’en Grèce, cette hypnose…

Mes coups de coeur

par Dario Fo 

Remettons les choses à plat : la loi (pour limiter) les écoutes téléphoniques, la réforme du Sénat, les interventions sur la RAI, l’article 18 (du statut du Travailleur) annulé par le Jobs Act [1] (que c’est moche cette expression, Jobs Act), autant de choses qui, si elles étaient arrivées il y a quinze ans sous le règne du Seigneur d’Arcore (Silvio Berlusconi, NdT) auraient – et ont effectivement – rempli les rues de manifestants, et les pages des journaux.

La suite sur : http://altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article29614

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Δείτε την αρχική δημοσίευση

Advertisements
Categories: Uncategorized | Σχολιάστε

La véritable trahison est de suivre le monde comme il va et d’employer l’esprit à le justifier. (Jean Guéhenno)

Categories: Uncategorized | Σχολιάστε

Είσαι ?

coccinelle

Ω, δεν έχω καθόλου σκοπό να σε πρήξω με «βαριές» πολιτικο-οικονομικο-κοινωνικές αναλύσεις. Αυτές, τις φάγαμε με το κουτάλι, τις χωνέψαμε, τις αφομοιώσαμε, και τώρα φτύνουμε τα κουκούτσια…

Καθώς τέλειωσα με τη δουλειά πριν από λίγο (ναι, ναι, το φως που βλέπεις αναμμένο μέχρι τις πρώτες πρωινές ώρες, είναι το δικό μου…) άναψα ένα τσιγάρο, τέντωσα την πλάτη μου, χαμογέλασα στον Γατούλη που με κοιτάει με μισό μάτι, και μου’ρθε μια φλασιά…

Τί λες? Τους κάνουμε την πλάκα να κάνουμε κονφετί τα πολιτικάντικα επιχειρήματά τους, τα ψέμματά τους, τα εγκλήματά τους?

Τί λές? Κάνουμε τις εταιρείες δημοσκοπήσεων να φάνε τα καπέλα τους και να σκίσουν τα πτυχία τους (υποτιθέσθω ότι τους έχουν χρησιμεύσει σε κάτι άλλο πέρα απ’το να πουλάνε φόβο, ελπίδα, παραπληροφόρηση και χειρισμό της κοινής γνώμης, δηλαδή εμού και εσού) ?

newton2

Tί λες? Κάνουμε τα κόμματα κομματάκια να ταΐσουμε τους σκύλους της Εσπερίας που μας τρώνε τα σωθικά τόσα χρόνια? ΕΞΙ χρόνια είν’αυτά!

Τους είδαμε, αφού! Όλους! Είδαμε και τις φτηνές (άντε και καμιά φορά, ακριβές) δικαιολογίες τους.

Τους είδαμε να θρέφουν τα φίδια του φασισμού για να μας τρομάξουν. Τους είδαμε να παίρνουν τη μπουκιά απ’το στόμα των παιδιών μας. Τους είδαμε να πληγώνουν τους γιατρούς μας και να τους στέλνουν μακριά απ’την Ελλάδα. Τους είδαμε να πληγώνουν τους νέους μας και να τους στέλνουν ακόμη πιο μακριά. Τους είδαμε να τσαλακώνουν το κεσεδάκι γιαούρτι του παππού και να κόβουν στα δυο το χαπάκι της γιαγιάς. Τους είδαμε ν’αφήνουν κλειστά σχολεία. Τους είδαμε να βάζουν φωτιά σε δεμένους ασθενείς…

Τους είδαμε σου λέω!

Κι εμείς τους αντιμετωπίσαμε με όλη τη σοβαρότητα που επεβάλετο: αναλύοντας τις καταστάσεις, προσπαθώντας να κατανοήσουμε τι συμβαίνει, συμμετέχοντας στις εκλογές και στα δημοψηφίσματά τους…

Και τί έγινε?! Να στο πω απλά?  Χέστηκ’η Φατμέ, στο Γενί Τζαμί! Αυτό έγινε…

Τι λες λοιπόν, να τους κουφάνουμε όλους?!

Τί λες να ψηφίσουμε μόνο για ανθρώπους που ως τώρα ήταν εκτός βουλής?!

Νομίζεις πως έχουμε τίποτε να χάσουμε?

Εσύ που ψήφιζες πασοκ από παράδοση (όχι βέβαια για την παράδοση της χώρας στα ΔΝΤ, ΤΧΣ, ΕΜΣ, ΦΧΨ κι Ω)

Εσύ που ψήφιζες νέα δημοκρατία γιατί πίστευες ότι θα σου εξασφαλίσει μια θεσούλα (ή ότι θα σου την διατηρήσει…. κούνια που σε κούναγε…)

Εσύ που ψήφιζες χρυσαύγουλα (γιατί δε στύβεις το μυαλό σου, όσο μικρό κι αν είναι, και δεν την ψιλιάζεσαι ότι το δικό σου παιδί θα χτυπήσουν αύριο)

Εσύ που ψήφιζες  ποτάμια και λιμνούλες (γιατί αν και Έλλην ορθόδοξος την έχεις δει βαθιά προτεστάντης)

Εσύ που ψήφιζες κκε (γιατί σου θυμίζει το ένδοξο παρελθόν που οι σημερινοί έχουν ποδοπατήσει)

Εσύ που ψήφιζες συριζα (γιατί η πρώτη φορά γυαλιστερά πέρασε και δεν ακούμπησε… μα καθόλου δεν ακούμπησε λέμε…)

Εσύ που ψήφιζες λεβέντες (που, εντάξει, το σουρεαλιστικό το είχε, αλλά τώρα είναι πολύ ρεαλιστής κι αν ήταν στο χέρι του θα μας έβαζε να πληρώσουμε κι αποζημίωση στην Άγκελα γιατί δεν εκτιμήσαμε την καλωσύνη της)

Στο χέρι μας να βάλουμε λίγο χιούμορ στη ζωή μας!

Και να τους κάνουμε να κλάψουνε με μαύρο δάκρυ! Αυτούς που πούλησαν ακόμη και τις μελλοντικές ψήφους μας και τις ενεχειρίασαν για να πάρουν δάνεια και να μπορούν να μας κλέψουν τη ζωή!

Όχι, ρε συ! Δε θέλω να διαλέξω ποιος θα διαχειριστεί το τρίτο μνημόνιο!

tsolias euro

Categories: Uncategorized | 1 σχόλιο

Il semblerait que la nature de l’ultime révolution à laquelle nous avons à faire face est précisément celle-ci : nous sommes en train de développer toute une série de techniques qui permettront aux oligarchies aux commandes – qui ont toujours existé et qui probablement existeront toujours – d’amener les gens à aimer leur servitude. Aldous Huxley

On l’a dit si souvent «1984 est un roman, pas un mode d’emploi»….

On l’a dit si souvent «1984 est un roman, pas un mode d’emploi»….

Δείτε την αρχική δημοσίευση

Categories: Uncategorized | Σχολιάστε

Comment chercher les informations dans l’usine à gaz / II

…et elles continuent…

LES VREGENS

Vous verrez, ça, c’est un VRAI travail de fourmi. Avec Maria Ts. (et surtout elle), on en a à peine compris assez pour avoir une marche à suivre. Mais il faudrait d’autres fourmis, plein d’autres fourmis pour faire le travail de fond.

Δείτε την αρχική δημοσίευση 1.316 επιπλέον λέξεις

Categories: Uncategorized | Σχολιάστε

Athènes est devenu un théâtre de l’absurde

par Maria Negreponti-Delivanis*

Le peuple grec suit les faits et gestes de son premier ministre avec confusion et désespoir. Lors du référendum du 5 juillet, Alexis Tsipras avait demandé aux électeurs de répondre par un non tonitruant qui lui servirait d’arme dans les négociations avec l’Union européenne. Non seulement il avait promis l’abolition définitive des mémorandums qui ont précipité la Grèce dans la misère depuis cinq ans, mais il avait également promis une Europe nouvelle, enfin libérée de l’obsession de l’austérité.

Toutefois, le ‘Non’ franc et massif de 62 % du peuple grec qui a osé choisir un gouvernement de gauche et contester la justesse des mémorandums semble avoir rendu fous furieux les dirigeants européens. Et, au lieu de l’allégement des mesures inhumaines et totalement inefficaces imposées par ceux-ci, la « troïka » (Fonds monétaire international, Banque centrale européenne et Commission européenne) en a émis un troisième dont les termes sont encore plus durs. Le premier effet de ce monstrueux accord sera l’augmentation de la dette qui, de son montant actuel de 173 % du produit intérieur brut, passera à 201 %. La volte-face spectaculaire de Syriza, aux antipodes de l’ambiance révolutionnaire des « mémorandums déchirés », de la « souveraineté nationale » et du « refus catégorique de l’austérité », a suivi.

Conséquence : une certaine forme de « nettoyage » du gouvernement et du parti, visant à exclure les membres restés fidèles aux principes de Syriza, et qui avaient refusé de se convertir au culte de l’euro. Ensuite, M. Tsipras n’a nullement ressenti le besoin d’expliquer à ses compatriotes cet incompréhensible revirement. Au contraire, il s’est empressé de démissionner et de fixer la date des élections législatives anticipées pour le 20 septembre. Cette fois-ci, Alexis Tsipras exige du peuple grec qu’il annule le non spectaculaire du référendum du 5 juillet pour le remplacer par un grand oui qui légitimera le troisième mémorandum.

Antidémocratique

Il était tout naturel que le comportement antidémocratique du premier ministre grec suscite des rumeurs de coup d’Etat, de trahison et de complots ourdis contre le peuple grec. Une chose, assurément, est certaine : l’ambiance qui prévaut ces derniers mois en Grèce est celle d’un théâtre de l’absurde, où le bon sens n’a plus sa place. Le non au référendum visait sans équivoque les mémorandums et incitait directement à rompre avec les créanciers, s’ils persistaient dans leur politique.

Le premier ministre avait pour mandat d’en tirer les conséquences, y compris en envisageant la sortie de la zone euro. Il aurait dû, entre autres, élaborer un « plan B » crédible de retour à la monnaie nationale. Et, surtout, il n’aurait pas dû lancer après coup des accusations ridicules sur une trahison présumée prétendument commise par ceux (en admettant qu’ils avaient existé) qui avaient pris le soin de préparer un tel plan en assurant la liquidité élémentaire des banques et en imposant, en temps utile, des restrictions, comme l’exportation de capitaux à l’étranger.

Inexcusable

Même en admettant que ces actions ou manquements majeurs pourraient lui être pardonnés en les attribuant à son inexpérience, d’autres sont vraiment inexcusables. Par exemple quand M. Tsipras a proclamé qu’il livrerait « terre et eau » pour rester dans l’euro. Voilà la manière frivole et inébranlable avec laquelle le gouvernement grec considère le retour inévitable à la monnaie nationale.

Des membres du gouvernement, en parfaite harmonie avec le directoire de l’Union européenne et la puissante opposition qui s’est récemment métamorphosée en force progouvernementale, prétendent que « le retour à la drachme serait une catastrophe ». Toutefois, ils se gardent bien d’expliquer les méthodes et les chiffres qui leur ont permis de conclure que l’instauration d’une nouvelle drachme en constituerait une supérieure à celle que provoquent les mémorandums.

Car, il n’est sérieusement plus permis de douter que ceux-ci conduisent la Grèce tout droit vers une disparition nationale, économique et démographique, en contraignant les Grecs à vendre leurs avoirs, en abolissant le secteur public après l’avoir démantelé, en jetant impitoyablement à la rue ceux qui n’arrivent pas à rembourser leur prêt immobilier pour leur résidence principale, en permettant aux employeurs de licencier massivement, en réduisant les salariés et les retraités à la misère, en éliminant toute trace de protection sur le marché du travail et en renonçant à toute forme de souveraineté et de fierté nationale avec pour horizon exclusif le régime colonial de la dette.

L’instauration d’une nouvelle drachme est la seule solution offrant une issue à l’impasse actuelle

Certes, l’instauration d’une nouvelle drachme ne sera pas anodine. Mais c’est la seule solution offrant une issue à l’impasse actuelle. M. Tsipras peut remporter ou perdre \les élections du 20 septembre. Mais, dans les deux cas, le résultat sera le même : le premier gouvernement de gauche en Grèce aura donné sa bénédiction à la poursuite d’une dictature financière étouffante, dans un pays membre de l’Union européenne, mettant en péril direct et majeur la paix sociale. Et pas seulement celle-ci.

Car ce sacrilège aura, inévitablement, des conséquences particulièrement délétères sur l’ensemble de l’Europe, mais aussi sur le monde entier. A court terme et pour l’instant, le seul vœu, utopique à ce stade, qu’on peut formuler est d’éviter que cet accord criminel soit mis en œuvre. C’est après seulement que les Grecs soutiendront, tous ensemble, le retour à la souveraineté et à l’Europe.

  • Maria Negreponti-Delivanis, économiste, est ancienne rectrice de l’université macédonienne de Thessalonique, ancienne conseillère de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord et de l’Organisation de coopération et de développement économiques.
Categories: Uncategorized | Ετικέτες: ,,,,,,, | Σχολιάστε

DOSSIER TAIPED – ETAD – GSPP – FEK / I

(republié, après une petite correction)

Pour des raisons purement informatique et facebookienne, je suis obligée de passer par ce blog pour faire un dossier GSPP/FEK/ETAD-TAIPED. Désolée pour le dérangement. Celui des lecteurs du blog et celui des membres du goupe FB dédié à la pétition (https://www.facebook.com/groups/722039637925610/).

De ce côté-ci de l’UE, les choses bougent. De nouveaux partis émergent des restes fumants de Syriza, des comités anti-memorandum se forment, il y a des manifs, et on ne risque pas de se tromper en présageant une rentrée torride. Et puis, côté pétition, le renfort inespéré de Maria Ts., à la fois helléno-francophone, chien de chasse et lanceuse d’alerte, et qui m’en a appris de bien belles en quelques conversations et quelques mails, m’a plongée à la fois dans l’usine à gaz des biens publics mis en vente par le TAIPED, mais aussi dans la plus extrême perplexité et l’envie de creuser la question, pour que notre pétition soit extrêmement bien ciblée.

(la suite, ici)

Categories: Uncategorized | Σχολιάστε

Zeibekiko

Une danse…d’hommes…entre terre et ciel…

et une des plus belles musiques grecques par Manos Loizos…

C’est tout !

Categories: Uncategorized | Ετικέτες: | 2 Σχόλια

Grèce : Les 13 mensonges de Tsipras et la réalité du troisième Mémorandum

….Alexis Tsipras a dit :
«Sans la détermination du peuple, les créanciers auraient imposé leur volonté de manière absolue (…) nous avons apporté un accord qui, compte tenu les rapports de force extrêmement négatifs en Europe et compte tenu de ce que nous a légué l’attachement absolu du pays aux termes des mémorandums, était  ce que l’on pouvait obtenir de meilleur».
Si l’honnêteté politique élémentaire faisait partie de ses qualités, il aurait dû dire : «En dépit de la détermination populaire exprimée par le NON grandiose au référendum, les créanciers ont imposé leur volonté de manière absolue, grâce à la transformation du NON en un OUI humiliant par le gouvernement, fondé sur une misérable transaction avec les sangsues mémorandaires de Nouvelle démocratie, Pasok et Potami»…

Pour lire la suite : cliquez ici

Categories: Uncategorized | Ετικέτες: ,,,,,,, | Σχολιάστε

Syriza : le clou dans le cercueil de LA gauche ?

…. Depuis cinq ans et demi, le pays tangue sur une mer houleuse… la Commission tire par-ci, le Fonds monétaire tire par-là, la BCE tire de l’autre côté (et maintenant, on a aussi le Mécanisme européen de stabilité, qui tire de l’ôôotre coté…) C’est à se demander combien de cotés il y a !…

Pour lire le début et la suite : cliquez ici

Categories: Uncategorized | Ετικέτες: ,,,,,,, | Σχολιάστε

Δημιουργήστε ένα δωρεάν ιστότοπο ή ιστολόγιο στο WordPress.com.